La Guerre des Clans-Le Pacte des Etoiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Même les chatons écrivent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nuage d'Ange

avatar

Messages : 233
Date d'inscription : 05/12/2012
Localisation : Le monde des rêves

Feuille de personnage
Vous et les Autres:
Mentor/Apprenti:
Rang: apprentie

MessageSujet: Même les chatons écrivent.   Sam 5 Jan - 17:51

Voici le début d'un récit que j'ai commencé en court et que je suis en train de recopier. Donnez-moi vos avis sur le sujet s'il vous plait.


Magie


Amis
Rencontre
Magie

Le vent, l’orage, l’éclair.
Trois éléments.
La transformation se déclenche.

Voici mon histoire, ma vie et mes rêves.

Le vent souffla sur ma maison et m’empêcha de dormir. L’orage éclata et un coup de tonnerre retentit ce qui ébranla l’habitation. L’éclair tomba et toucha ma maison. La transformation se déclencha et je m’évanouie sous la décharge.
Quand je me suis réveillé, il faisait toujours nui et tout était calme. J’ai regarde le réveillé qui affichait 1 heure du matin, je fis le calcul et je déduis que j’avais dormi au moins 1 heure. Je voulu me lever pour aller allumer la lumière, mais un mouvement attira mon attention. Croyant a un chat, je me suis pressais d’enlever la peluche qui avait remue, mais en dessous il n’y avait rien d’autre que mon petit tigre. Au moment où j’allais remettre la peluche géante en place, le tigre me sauta au cou. Je crus qu’il allait me mordre, mais au lieu de ça il me parla d’une petite voix toute mignonne :

- Maman ! Maman !
- Euh ... bredouillais-je.
- J’ai eu peur pour toi maman !
- Mais ... Tu ... Pas ..., après une pause où je repris mes esprits je continua, Mais tu es une peluche. Tu ne peux pas vivre, ce n’est pas possible !
- C’est l’éclair qui m’a réveillé, me révéla la boule de poil tigré

Une peluche qui parle ! Et en plus ma peluche, mon Tigrou ! Serai-je folle ? De toute façon j'étais bien contente d'avoir quelqu'un pour me tenir compagnie. Je pris Titi dans mes bras et je m'assis dos au mur. Mon regard fut attiré par le vide qu'il y avait sur mon estrade jaune et orange. Mes playmobils avaient disparut. Un autre mystère que je me promis de résoudre dans quelques heures. Je réfléchissais à la façon donc ils avaient disparu quand un hennissement retentit. Les voisins avaient un cheval maintenant ? Peut-être qu'il était affolé par l'éclair ? Avec la peluche vivante dans mes bras, je me leva et sortit de ma chambre. J’allais descendre quand un filet de lumière se montra au bas de l’escalier. La porte grinça et le filet grandit. Je me précipité dans la salle de bain où je fermis la porte à clé. Mon portable était en bas donc je ne pourrais pas appeler les policiers. Des bruits de pas montant l’escalier et des paroles d’une seule personne me parvenaient. Je n’entendais qu’un intrus mais il parlait à quelqu’un. Devenais-je folle ?


- Elle n’est pas là… Dit-Moi où elle est… Merci, je vais voir.

La personne se rapprochait de la salle de bain où j’étais et appuya sur la poignée, mais la porte ne s’ouvrit pas. Après quelque minute, la poignée toujours vers le bas, la porte s’entrebâilla. Comment ? La porte était fermée, personne ne pouvait entrer. Comme j’étais en face, assise sur la baignoire, je vis la glace qui se propager sur la porte quand un jeune homme alluma la lumière. Elyin ! Non, pas possible, Je dois rêver. Ce n’est qu’un playmobils avec lequel je jouais quand Yoann venait chez moi. Bizarrement je n’avais pas peur, juste envie de comprendre. Il portait toujours son pantalon marron foncé et son T-shirt marron clair. Seul différence : il vivait.

- Salut Emma. Comment vas-tu ?
- Euh … Salut.
- Aurore et Grenadine peuvent entrer ?
- Tu veux faire entrer un cheval ?
- Non, juste un poney.

J’étais abasourdie de savoir que tout les playmobils étaient vivant. Tellement que je m’attardais sur des détails presque insignifiant comparé à une telle nouvelle. J’essayais de comprendre quand une voix fit éruption dans ma tête :

« On peut entrer ? »

Je sursautai. La voix de Grenadine était douce et presque maternel. Comme je l’avais imaginé, comme je l’a voulait.

« El, Aurore arrive, je n’ai pas pu la retenir. Désolé. »
- Atte… commença l’ex-playmobils.

Il n’eu pas le temps de finir qu’une jeune fille arriva. Elle était blonde comme les blés et ses yeux étaient marron chocolat. Elle devait mesurer la même taille que moi, c'est-à-dire un mètre soixante cinq et sont allures était presque princière. Le type de fille qui ne pense qu’à elle, quoi. J’allais oublier, si tu as déjà vu quelqu’un te narguer avec son sourire angélique comme si elle n’était coupable de rien alors tu as le sourire de cette fille. Je pense que c’est Aurore comme Yoann l’imaginait. Il imagine des filles aussi chiantes que ça ? Qu’avait-il dans la tête au moment de lui définir un caractère ? Aurore portait un pantalon blanc, un pull vert avec des pompons roses et des chaussures violètes, le tout allait très bien ensemble. Quand elle parla sa voix était douce, mais une note d’agressivité était perceptible.

- T’as fini de parler ? On peut y aller ?
- Non, on doit la protéger, lui répondit calmement Elyin.
- Tu te fous de moi ?! Elle peut le faire seule.
- Sauf que si nous partons, elle ne pourra plus.
« Attention, il arrive… »

Grenadine ne put finir sa phrase qu’un crie nous parvient :

- LAISSEZ-MOI ENTRER.

Je reconnu la voix, celle de mon ami de toujours. Yoann. La porte claqua et des pas retentirent. Je me demandai comment faisait ma mère pour dormir quand je sentis de la magie dans l’air. Basile maîtrisait l’air et avait fait une barrière pour pouvoir parler sans être entendu. Tigrou se retourna et regarda Elyin et Aurore. Leurs échange de regard me fit comprendre qu’ils se connaissaient, mais je n’eu pas le temps de demander que Yoann arriva et bouscula les deux ex-playmobils. J’entendis la jeune fille murmurer de faire attention ce qu’il n’entendit surement pas. Il me posa plein de questions :

- C’était quoi l’éclair ? Tu vas bien ? Aurore ? Pourquoi ils vivent ?
- Stop ! Tait-toi !

Je n’avais pas crié, mais juste élevé la voix ce qui étais très rare pour moi et mon caractère timide. La dernière question m’avait ramené au phénomène sans explication. Je me suis tourné vers Elyin et Aurore et j’ai remarqué leur tête. Le premier était étonné, il devait savoir que je ne me faisais jamais remarqué quand Yoann était présent, et la dernière souriait toujours avec son air espiègle, mais bienveillant par contre ses yeux exprimaient quand même l’impatience. Des questions se présentaient dans ma tête pendant que je les regardais. Pourquoi étaient-ils tous ici ? Vivant ? Avec leurs pouvoirs ?

- Je vais vous expliquer, Elyin fit une pause avant de reprendre, l’éclair est tombé ici grâce à Foudre.
- Foudre ? Le poney que j’ai nommé ? L’interrompit mon ami d’enfance.
- Oui, mais, s’il te plait ne m’interrompe plus.

Après une réponse affirmative de Yoann, El continua :

- Donc Foudre a appelé un éclair parce que Petit Tonnerre a senti un danger vous concernant. L’éclair ne devait pas réveiller tout le monde, juste quelques un de nous. Mais Emma a intensifié la magie en se servant du réceptacle. Finalement, l’éclair appelait a réveillé tout les êtres magiques même …
- Le dragon et son maître, chuchotais-je en serrant Tigrou contre moi.
- Ils sont vraiment ici ? Demanda Yoann.
- Petit Tonnerre avait prédit qu’ils vous attaqueraient, mais il ne nous avait pas dit que nous allions les libérer. Par ma faute et celle d’Aurore, il vous veut.
- C’est vous qui m’avez forcé, s’indigna la concerné.
- Tu es têtu et, habituellement, tu ne cèdes jamais, ou presque, surtout quand c’est moi qui te demande. Alors que, cette fois-ci, tu as vite dit oui. Tu m’éton…
- C’est bon. On verra ça plus tard.

Je venais de finir ma phrase quand j’ai remarqué qu’Elyin et Aurore ne bougeaient plus. Un rugissement se fit entendre. Le dragon ? Je secouai le jeune homme, mais il resta de marbre. Aurore était dans le même état. Je me tournai donc vers Yoann qui, lui, n’était pas statufié. La voix de Grenadine nous fit sursauter tout les deux :

* Désolé, mais personne ne peut vous aider. Tout le monde est pétrifié et mon pouvoir consiste juste à parler dans l’esprit des gens. Je vous préviens s’il y a du mouvement parmi nous. Bonne chance. *

On nous laissait seule avec aucune arme et aucun moyen de nous défendre contre un dragon et son maître. Le dragon a le pouvoir de transformer ses victimes en congénères à lui et le maître a le don de les contrôler et il maitrise les éléments surtout l’eau. Bizarre, son dragon possède le feu alors pourquoi l’eau ? Je fis part de ce que je savais à mon compagnon d’infortune qui me demanda en retour :

- Comment le sais-tu ?
- Je ne sais pas. Je le sais, point.

Un autre rugissement couvrit la fin de ma phrase. D’un même mouvement, nous nous sommes précipités dans l’escalier. J’avais toujours Tigrou sur mon épaule, mais je n’y fis pas attention. J’ouvris la porte qui était toujours fermé à clé malgré tout les passages qu’il y avait eu. La lumière éclaira l’intérieur mais je n’y fis pas attention. En sortant, un vent froid nous fit frissonner. Quand Tigrou gémit, je remarquai qu’il était toujours là. Mince. Je voulu le mettre à l’intérieur, mais la porte ne s’ouvrit pas comme si quelqu’un l’avait fermé de dedans. Yoann me tapota l’épaule qui était libre et me montra des statues que je reconnu aussitôt comme étant les playmobils réveillé.

- A-t-on avis, il est où le dragon ? Demandais-je.
- Je dirais qu’il est juste au bout de la rue, me répondit Yoann.
- Tu vois bien dans le noir. Je suis fier de toi.

La voix qui parla était grave, mais mélodieuse comme même, elle était presque envoûtante. Peu après le dragon et son maître apparurent devant la maison. J’essayai de faire comme Gre faisait avec nous, mais leur pensée ne m’était pas révélée pour autant. Je me heurtai à une barrière de glace toute lisse. Je n’étais pas la seule à ne pas avoir réussi car le visage de Yoann avait un air dépité. Le dragon s’envola et se posa entre les deux cerisiers. Quand le monstre replia ses ailes, la lune joua à faire plein de reflets vert, tous dégradé, sur le mut de la maison et les alentours. Je ne pus voire clairement les deux nouveaux arrivant parce que les lampadaires étaient tous éteint, minutes devais être passé. Le maître se présenta :

- Je me nomme Nathaniel et voici Loth. Nous voudrions que vous veniez avec nous.
- Ne l’écoutez pas, il veut juste vous plier à sa volonté.

Titi me fit sursauter, c’est que je l’avais complètement oublié celui là. Il était perché sur mon épaule comme au début. Je vis que Nathaniel ne devait pas aimer la peluche car il dit d’une voix désespéré :

- Encore toi ! Quand arrêteras-tu de me mettre des bâtons dans les roues ?
- Quand tu arrêteras de t’en prendre à ces enfants, rétorqua le tigre blanc.
- Mais c’est la première fois que je le vois !

Yoann et moi avions parlé ensemble. Les mêmes questions sans réponse tournaient en rond dans nos têtes. Qui étaient-ils tous ? Pourquoi la peluche parlait-elle ? Et se n’est que les plus petites. Tigrou nous expliqua :

- Il avait voulu vous tuer quand vous étiez encore tout petit, mais nous avions réussi à l’enfermer dans un playmobils. Par mesure de sécurité, nous avions créé des gardiens et nous les avions dispersés. Nous savions qu’un jour il serait de nouveau réuni. Nous ne pensions pas que se serai aussitôt. Il devait rester loin d’ici, mais il a atterrie chez toi, Emma.
- De toute façon, j’ai plusieurs cibles.

Et sur ceux, Nathaniel et Loth partirent. Après un petit moment où nous restâmes debout sans bouger ou parler, le silence total régné, la peluche toujours sur mon épaule s’exclama :

- Mince ! J’ai oublié Julie et Aurélie !
- On vous emmène quelque part ?

Six poneys avec quatre cavaliers étaient devant nous. C’était Etann qui avait parlé et qui parla une nouvelle fois :

- On peut vous emmener plus vite que vous ne le penser.

Au même moment, Elyin et Aurore sortirent de la maison. Le premier s’excusa pour le problème qu’il y avait eu, leur immobilité. La deuxième ne nous regarda même pas et alla voir sa jument. Après avoir échangé un regard Yoann et moi, nous hochâmes la tête pour dire que nous étions d’accord pour la proposition. Etann me fit monter derrière lui et Yoann monta derrière Elyin. Un portail dimensionnel apparut devant notre drôle de groupe, ce devait être Clémence qui l’avait créé. Elle a le pouvoir des portails et contrôle les animaux. Les chevaux avancèrent et nous réapparûmes devant chez Julie. Aucun dragon dans les environs. Clémence ce mit à l’écart avec Elyin et disparurent dans un portail. Ils revirent au bout de quinze minutes avec Julie. Mon amie était habillée d’un blouson bleu turquoise non fermé, d’un pull noir à col roulé, d’un jean bleu foncé et d’une paire de basket noir. Elle me fit un signe de tête pour me dire bonjour et je lui répondis en faisant pareil. Elle monta derrière John qui lui céda la place. Clémence recréa un portail où nous entrâmes sans crainte. Nous avons atterri devant une maison de campagne. La maison d’Aurélie. Cette fois-ci, la magicienne alla seule chercher mon amie. Aurélie apparut quelque minute après seulement. Elle portait une doudoune noir avec l’intérieure de la capuche blanc, son jean était noir et ses chaussures aussi. Elle monta derrière Aurore qui râla quand Elyin la désigna, mais elle obéit tout de même. Elyin était le chef. Nous allions partir quand un filet de flamme illumina le ciel. Même en plein vol, Loth, parce que c’était lui, savait viser car il toucha Jason et Jenifaël. Les pauvres victimes se transformèrent aussitôt en dragon, l’un tigré et l’autre dorée. Au lieu de deux ennemis, nous en avions quatre. Clémence créa presque tout de suite après une série de portail autour de nous.

- Elyin, que faisons-nous ?

Tout le monde se tourna vers l’intéressé. Il réfléchit un cour instant puis se tourna vers Yoann, Aurélie, Julie et moi :

- Vous, vous resterez au milieu, si nous n’arrivons pas à les battre Clémence vous emmènera loin d’ici.

Il regarda ses compagnons à tour de rôles, s’arrêtant sur chacun d’eux comme pour mesurer leur force respective. Il pointa un endroit :

- Marronne, tu te mes ici. Apache, tu vas à l’opposer, mais pas trop loin pour qu’au moins six personnes loge entre vous deux. Leslie, tu te place ici, dit-il en montrant l’endroit précis. Solène, tu vas à l’opposer de Leslie il faut au moins six personnes loge entre vous. Aurore, passe au milieu exacte du carré. Clémence, Etann, vous resterez avec les élus et les défendrez. Grenadine, Tu donneras ton énergie à Aurore pour qu’elle fasse son dôme défensif. Yoann, en se tournant vers l’ex-playmobils, tu vas sortir et attirer leurs attentions sur toi et seulement toi. Charbon, te le protègeras si les dragons l’attaque en faisant couler la lave. Foudre, Tache, Charlotte et Petit Tonnerre, vous allez rester en arrière pour le moment, si on a besoin de vous je vous le dirais. Basile, si tu peux, arrête les plus forte attaques que tu vois. John, ne laisse personne être touché par le feu. Elite, tu dois créer des falaises au dernier moment pour que les dragons s’écrasent dessus, même si c’est nos amis.

Tout le monde se mit en place en suivant les dernières instructions du chef inconsidéré. Je venais de remarquer que les dragons fonçaient dans les portails, mais ne réapparaissaient jamais de l’autre côté, ils étaient dirigé vers un côté au hasard. Tout le monde fut en place rapidement. Clémence enleva donc les portails qui nous protégeaient.




Chapitre 2 : Perte de mémoire pour un instant














Désolé de vous apprendre que je ne me rappelle de rien du tout sauf d’un truc. Le noir. Le doux noir. Je me rappelle aussi des portails de Clémence. Qu’en elle les a fait disparaître, le noir a tout envahie. Je me suis réveillé chez moi. Le réveil venait juste de sonné et je me rappelais que nous étions vendredi. N’ayant pas faim, je me suis dirigé vers la salle de bain et j’ai fermé la porte. La poignée était glacée, mais, je n’y fis pas attention. Quinze minutes plus tard, je partais pour prendre le bus. Une fois encore je suis arrivé en même temps que le bus. Je suis montée et je me suis assise à la quatrième place parce qu’il y avait un radiateur au pied du siège. Peut avant de partir, la famille Thénault arriva. Gaëtan se mit devant moi pour que je lui prête mon portable, Clément partit au fond et Yoann le suivit. Rien ne montrait qu’il s’était passé quelque chose cette nuit. Au troisième arrêt je remarquai que Kimberley n’était pas là, mais elle avait dût louper le bus. Durant tout le trajet je repensai à mon rêve. Il me semblait tellement réel, même trop réel. En arrivant, je suis allée poser mes sacs à mon endroit habituel puis je suis allée voir le panneau d’affichage et je vis que Mme. Macé et Mme. Boukdir n’étaient pas là, mais c’était prévue. Myliène avait déjà fait déplacer le cours de sport à la place de latin et maths pour que nous puissions sortir plus tôt, donc à 15h. Aurélie arriva en même temps que Julie. A leur tête je sus qu’elles avaient mal dormi.

- Salut, Bien dormie ? Me demanda Aurélie.
- Bof et vous ?
- Bof.

Comme d’habitude, Julie ne me répondit pas. On ne change pas les bonnes habitudes. La sonnerie retentit peu de temps après. Je partie chercher mon sac et puis je me dirigeais vers la salle de cours. Français. La prof nous présenta un nouveau :

- Je vous présente Elyin. Qui peut s’occuper de lui montrer le collège ?

Je ne sais toujours pas pourquoi, mais j’ai levé le bras. Et la prof le vit :

- Merci d’être volontaire. Julie met toi à côté d’Aurélie. Elyin prend ça place.
- Pourquoi tu as levé la main ? me chuchota Julie en faisant son sac.
- Je ne sais pas. Je crois que je le connais, lui répondis-je sur le même ton.

Elyin arriva et se plaça à côté de moi. Pourquoi son sourire me rappelait mon rêve ? Pourquoi j’avais l’impression que c’était le même Elyin ?

- Salut... Euh... Emma-Dorine ?
- Appelle moi Emma c’est plus court, enfin si tu veux. Tu viens d’où ?
- Je préfère le premier nom. Je viens de... de Bretagne.
- Julie aussi vient de là-bas. Pourquoi tu es ici ?
- Ma mère a trouvé un boulot ici.
- Il me semble que je t’ai déjà vu quelque part...
- Non, je ne pense pas. Je n’oubli jamais quelqu’un de spécial.
- Chut ! Cria la prof

Nous n’avons plus parlé du cours. Elyin s’avéra très doué en français. Quelque soit les questions il trouvait la réponse qui allait avec. A 9h30, nous sortîmes de cours pour aller en Anglais.

- Je ne sais pas où tu vas pouvoir te mettre en Anglais.
- La prof me le dira.

Je crus entendre une voix dans ma tête, mais comme personne ne réagissait, je me disais que j’avais rêvé. En arrivant devant la classe la prof nous prévient que les places avaient changé et que le plan de la classe était au tableau. Voici le plan :

Sacha Manon Antoine Marie-Attali
Emeline Lou Marie Sullivan
Guillaume Jessie Julie
Aurélie Emilien Alison Johan
Lorie Rayan
Gérald
Nicolas Eline Ivan Lucie Elyin Emma

J’avais donc bien entendu une voix, la voix de Grenadine. Maintenant qu’Elyin était à côté de moi je ne pouvais plus écrire. * La prof de pouvait pas me laisser entre Aurélie et Julie ? * Pourquoi la stupide chanson de Julie restait dans ma tête ? Pourquoi l’oiseau me faisait penser à Basile ? Tout simplement, l’oiseau vole et il est libre comme Basile. Non, Basile n’est pas un oiseau mais il vole grâce à sa magie et est libre. La sonnerie retentit au bout d’une heure de cours à nous ennuyer.

- Déjà ?
- Il y a quoi après la récré ?
- Sport puisque la prof de maths et celle de latin ne sont pas là.
- Merci. Je vais devoir vous regarder alors.

En allant poser nos sacs, je vis une nouvelle, pas si nouvelle que ça d’ailleurs. Pas elle ! Tout le monde sauf elle ! Même Grégoire était plus sympa, beaucoup plus sympa qu’elle ! Pourquoi elle ? Pourquoi ? Je devais être maudite ! Julie me détourna de mes pensées :

- On va voir si Ninh est là ?

Et nous voilà parti dans la gueule du loup. Avant même d’arriver devant la vie scolaire, Aurélie s’arrêta :

- Pourquoi il est là ?
- Peut-être qu’il regarde qui est absent ?
- Vas-y, défend le.
- Ne commence pas Aurélie.
- Vous venez ?

Merci Julie car grâce à toi nous avions évité une autre dispute. Aurélie et moi avions rejoins le reste du groupe. Elyin regarda la nouvelle puis se détourna quand il sentit que je le regardais. Je remarquai que le pull vert à pompon rose n’avait pas quittait la nouvelle. Quand Yoann se dirigera vers nous Aurélie ne sut que dire :

- Dégage.
- Salut, fit-il en ignorant les paroles désagréables et en se tournant vers moi. Vous aussi vous avez un nouveau. C’est qui ?
- Je m’appelle Elyin et ton amie, c’est bien Aurore.
- El ! Tu sais très bien qui je suis ! Pas la peine de demander confirmation.
- Aurore, voici Aurélie, Julie et Emma, nous présenta Elyin sans se démonter devant le ton un peu haut de la peste.

Si vous voulez savoir pourquoi je la déteste, c’est très simple. Aurore est le genre de personne à se moquer de tout le monde et à ne penser qu’à elle. Même si ce n’était qu’un rêve, je la trouve trop superficiel, trop prétentieuse et surtout trop sûr d’elle. Elle ferait tout pour obtenir ce qu’elle veut, absolument tout. Le sacrifice ne lui fait pas peur, en aucun cas. Si son ton est doux la plupart du temps, ses yeux ne sont que fureurs et mépris envers les personnes qui lui tiennent tête, rien d’autre. Il y a aussi son sourire à la fois espiègle et princier. N’oublions pas son allure de princesse au de madame-je-sais-tout, son physique de top model et son port de tête de la personne qui se crois supérieure au autre. En dernier, avant que j’oublie, chaque fois que je la vois, j’ai envie de vomir. Bizarre.

- Désolé, mais on va devoir vous quitter. On doit aller donner un mot de sortis.

Sur ses mots, je partis à la vie scolaire avec Julie qui me regarda bizarrement. Notre classe avait de la chance, juste avant les vacances, on sortait à 15h. Pour une fois, j’adorais le prof de sport qui avait déplacé son cours à la place de maths et latin. En sortant, Elyin me demanda :

- Je sais comment si je n’ai pas de mot ?
- Tu demandes d’appeler et tu leur explique pourquoi tu n’as rien. Tu as emménagé où ?
- A..., il eut une brève hésitation, à Frozes. Je vais appeler.
- Mince alors, je vais devoir le supporter. J’habite à côté de chez lui.

Aurore. Toujours à raller celle-là ! En y pensant, moi aussi je vais la supporter ! Pas ça ! Tout sauf ça ! Ce n’était pas mon jour de chance aujourd’hui. Elyin revint vers nous avec un air de conspirateur :

- Emma-Dorine, tu peux me ramener ?
- Oui, vu que tu habites à Frozes.
* Tu es fou !... Tu vas lui dire quoi ?... Tu as plutôt intérêt ! *

C’était un échange mental entre Grenadine et Elyin, j’en étais certaine, et j’avais entendu ce qu’avait dit Gre. Peut-être que j’avais tout inventé, peut-être étais-je folle ? Mon instinct me disait de faire attention et de lui faire confiance. La sonnerie sonna et nous nous dirigeâmes donc vers le stade pour le cours de sport. Nous avions javelot. Le sport où j’étais la plus nul. Après avoir attendu cinq minutes Aurélie qui se préparait à la fin du cours, nous sommes allées rejoindre Elyin et nous avons fait la queue pour entrer au self. Comme nous étions sortit en avance, nous avons put nous mettre dans le rend du self avant les autres et entrer avant eux. Comme d’habitude, le menu n’était pas très bon. La tartiflette n’était pas fameuse et les yaourts étaient nature. En attendant 2h pour aller à notre dernier cours de la journée, nous avions fait que de discuter et embêter Loane, une 6ème que l’on connait bien. Comme le temps passe vite, la sonnerie nous fit sursauter. Elyin alla avec Julie comme elle n’était pas avec nous en espagnol tandis qu’Aurore entrait dans ma classe quand j’arrivai près de la porte. Nous, les élèves, avons tiré les rideaux et nous nous sommes assis au fond. Des groupes de deux ou trois personnes devaient passer pour leur dialogue, moi y compris. J’avais le trac rien quand regardant les autres. Je ne vais pas vous dire le dialogue, il est trop long. J’étais avec Alyson Robert et on a eu 12,5. Nous avons regardés les autres passés et la prof nous a donné des bonbons en nous faisant partir plus tôt. En sortant, Aurore s’est fichu de moi ce qui ne m’a pas étonné. J’ai parlé à Aurélie :

- Au revoir et Bonne vacances !
- Merci, à toi aussi, m’a-t-elle répondu en partant.

Pourquoi avais-je le sentiment qu’on se reverrait assez tôt ? En quittant le collège pour attendre Elyin et Julie à la grille, je sus que c’était la dernière fois que je voyais mon école avant un moment.

- Tu aurais put nous attendre ! me fit sursauter Julie
- Je ne savais pas où était votre classe.

Nous nous sommes donc dirigés vers la voiture de ma mère et nous avions mit nos sacs dans le coffre.

- Maman, Elyin est nouveau et habite à Frozes donc on peut le ramener ?
- Bien sur. Tu croyais que je dirais non ?

Sans répondre je fis monter mes amis derrière. Nous avions parlé de tout et de rien jusqu'à ce que l’on dépose Julie. En arrivant à Frozes, El demanda :

- Madame, es ce que votre fille pourrait venir chez moi ?
- Si Emma veut bien, oui.
- Je ne suis pas contre, répondis-je à la question silencieuse.
- Tu feras tes devoirs en rentrant, me dit ma mère.
- On peut les faire ensemble, à deux c’est plus facile.

Elyin avait déjà pensé à tout. Ma mère me dit de rentrer avant 20h comme c’était les vacances et elle partit.

* Espèce de fou ! *

L’éclat de voix me fit sursauter ce qu’Elyin remarqua sans mal.

- Ne tant fais pas, elle est heureuse de pouvoir te revoir. C’est juste qu’elle aurait voulu que tu ne saches rien, mais comme tu as réagis aux communications et devant moi et Aurore. Tu es la seule à te souvenir pour le moment donc ne dis rien aux autres pour le moment.

J’hochais la tête quand il ouvrit la porte. Sa maison me fit penser à la tente dans Harry Potter parce que la maison paraissait plus grande de l’intérieure que de l’extérieur.

- Salut ! Comment vas-tu ?

La voix de Jason était assez bizarre, c’était une voix enjouée, espiègle, mais aussi sérieuse ce qui faisait un étrange mélange. Je répondis poliment :

- Salut, bien et toi ?
- Super. Depuis que je peux enfin bouger j’ai un trop plein d’énergie. Au faite, merci car grâce à toi je peux enfin respirer.
- Euh... de rien.
* Bienvenue chez nous ! Tu n’as rien oublié ? Temps mieux. On commençait à s’inquiéter un peu... *
- Elle vient d’arriver.

Grenadine coupée par Elyin. Comique. Pour moi, Gre était plus autoritaire qu’El. Pour changer de sujet, ce qui marcha, Jason me demanda se je voulais boire quelque chose. Je lui répondis que je voulais bien un Ice Tea s’il en avait. Pendant qu’il servait trois verres je lui demandai :

- Comment faites-vous pour tous vivre ici ?
- On n’est pas tous ici. Les poneys sont partis dans un club.
- Mais douze personnes ici ce n’est pas trop ?
- On n’est jamais douze. Il y en a toujours qui bougent.

La réponse était trop vague. Que faisaient les autres ?

* Quatre naîtront de la lumière.
Quatre naîtront des ténèbres.
Deux maîtres, il y aura.
Les gardiens formeront la lumière.
Un des maîtres formera les ténèbres.
La lumière trouvera sont maître, seul.
Les huit combattront.
Quatre perdront.
Des survivants, un devra se sacrifier.
Lumière. Ténèbres. Bonne chance. *

- Grenadine ? Appelais-je, tremblante.
- Qu’as-tu ? me répondis Jason.
- Une voix...

Je ne fini pas ma phrase. Je ne sis pourquoi, je venais de m’évanouir. Je connaissais la voix, mais d’où ? Le noir, c’est bien on t rêver de choses du futur. Je vis deux choses :
Le premier fut le visage de Julie suivit de celui d’Aurore. Il y avait des images qui défilèrent, mais je ne parvenais pas les voir tellement elles allaient trop vite. Seul deux images restèrent plus longtemps : une avec des loups et l’autre avec un couteau rouge sang. Même évanoui, je ressentais la peur. Je n’avais pas peur du sang, juste de ce que ça voulait dire.
La deuxième fut encore plus bizarre. Je vis un tigre blanc géant combattant un dragon aussi grand. Il y avait un corps au sol que je ne pus identifier. Le seul point commun entre fut les loups. Dans la première les loups étaient noirs ténébreux alors qu’ici ils étaient blancs lumineux. L’espoir m’inonda. De l’espoir enfin. Pourquoi de l’espoir ?
Quand je repris connaissance, j’étais sur le canapé dans le salon. Elyin et Jason n’étaient plus là. Je sentis tout de même la présence de quelqu’un.

- Basile ?

La magie de Basile est magique. Phrase avec un sens... Enfin je sens la magie du jeune homme.

- Moi qui pensais que tu dormirais plus longtemps.
- Tu t’es trompé.
- Pourquoi tu t’es évanoui ? Grenadine n’a pas put écouter tes pensés car elles étaient bloqué par quelque chose.
- Je ne sais pas. Où sont Jason et Elyin ?
- Aucune idée. Tu as faim ?

Sans attendre, il partit chercher de quoi goûter. Il savait donc où ils étaient partit. Comme Jason, il ne voulait rien dire. Si je me concentrais un peu, j’arriverai à localiser mes amis. C’était sans compter sur Grenadine qui me déconcentra :

* Enfin réveillé ?
- Oui. Tu es où ? Et les gars ? Il est quelle heure ?
- Je suis au même endroit que tout à l’heure et il est bientôt 18h.
- Déjà ?! Et pour les gars ? *
- Salut !... Ils sont tous partit ?
- Pas tous.
- Basile. Jason et John ne sont pas là ?
- Jason est partit et John n’est pas revenu de sa mission.

L’enfer continue. Pour montrer ma politesse, je me levai et j’allai saluer Aurore. Avant d’apparaître dans le champ de vision des anciens playmobils, mon portable vibra. Deux messages, un d’Elyin et un autre qui mettait inconnue. Elyin est aussi le surnom d’une amie qui s’appelle Claire en vrai. J’ai fait sa connaissance par internet et j’ai pris le nom d’un de ses personnages sur un forum rpg. Le premier n’était pas important, mais j’y répondis et le deuxième me disait exactement : C’est El. Ne fait confiance à personnes. Même pas aux gardiens. Ne dit rien de ce message. Je te recontacterai plus tard. Comment était-il au courant de la prophétie ? Mettant le message de côté, j’attendis un peu, le temps de comprendre la situation actuel. Je compris les paroles d’Aurore même si elles étaient chuchotées :

- Non et d’après John, non plus de son côté.
- Pour Etann c’est pareil.
- Et Il est où ?
- Aucune idée... Oups
- Quoi ?
- Emma ?

J’avançais à découvert et surpris le regard tueur de la seule personne que je n’aimais pas dans la pièce. Un frisson me parcourut.

- Toi ! Encore toi !
- Oui moi. Où sont Elyin et Jason ? Répondez franchement s’il vous plait.
* El est avec moi et Jason n’est pas loin de vous. *
- Que se passe-t-il ?
- Mêle-toi de tes affaires !

Vous avez reconnue qui avait parlé, je suppose. Aurore. Je ne sais pourquoi – peut-être la colère ou la haine que je voyais dans ses yeux – mais une boule d’air se forma dans la paume de ma main droite et partit telle une fusée pour atterrir dans le ventre de l’insolente. Elle en eut le souffle coupé et temps mieux pour elle. En reprenant de l’air, elle me regarda et ses yeux lancèrent des éclairs, littéralement bien sûr, quoi que... Je n’aurais pas du la provoquer. Un œil bleu apparut sur chacune de ses paumes. Mauvais signes, très mauvais signe. Si je me rappelle bien. Dans cette position, Aurore pouvait créer des objets et des éléments de son imagination à elle et pas une idée d’une autre personne. Un gé d’eau me projeta contre le mur de derrière moi. Je ne maîtrisais pas mon don et je ne savais pas ce que je pouvais utiliser comme magie... Mais oui ! L’aspirer comme dans mon rêve. Un nouveau rayon d’eau se dirigea sur moi. Je me décalai d’un peu pour éviter le coup. Il ne fallait pas rester ici. En cherchant à sortir comme la porte était barrée par la jeune fille en colère, je vis que Basile ne bougeait pas. Une sorte de mur invisible l’empêchait de faire quoi que ce soit et même de communiquer. Je trouvais une fenêtre ouvert et remarquais qu’Aurore me suivit. Un fois dehors tout me parut claire. Elle voulait vraiment une vengeance pour je ne sais quel raison. Il fallait que je trouve quelqu’un avec de la magie. Je copie la magie des autres. Celle de mon adversaire ne me plaisait pas, donc pas elle. Du coin de l’œil je vis Jason arriver. La force m’envahit. Un tigre roux et un autre blanc apparut à côté de moi. Les deux personnes en face de moi sursautèrent, moi aussi en passant. Les deux animaux se jetèrent sur Aurore que ne fit rien pour se défendre. Elle fut clouée au sol comme une imbécile. Une imbécile doué malgré tout car des piques se levèrent du sol et avant que je n’ai put faire quoi que ce soit. Les tigres disparurent dans un nuage de poussières.

* STOP ! *

Ce n’était pas Grenadine que parlé, enfin hurlé, mais Elyin. Aurore se calma aussitôt et moi aussi. Je crois bien que mon adversaire avait un faible pour le chef de la troupe, pas un petit en tout cas.

* Vous êtes folles ? Si on vous avez vu ? Ne recommençait pas. *

Il n’attendit même pas notre réponse, la communication coupa.


Dernière édition par Patte d'Ange le Ven 29 Mar - 21:59, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amertume d'Agrumes
Admin
avatar

Messages : 656
Date d'inscription : 05/03/2012
Age : 18
Localisation : Là... Où tu n'es pas.

Feuille de personnage
Vous et les Autres:
Mentor/Apprenti:
Rang:

MessageSujet: Re: Même les chatons écrivent.   Mar 15 Jan - 1:14

Tout d'abord, j'aime l'idée! Ton texte est intéressant, mais il mérite plus d'adjectifs! Plus tu rajoutes d'adjectifs (sans trop exagérer) plus ton texte est riche et on se fera une meilleure image de ce que tu veux nous dire! Aussi, un petit conseil pour éviter les petites fautes : relis ce que tu écris! Sinon, j'attends la suite Smile)
Revenir en haut Aller en bas
Nuage d'Ange

avatar

Messages : 233
Date d'inscription : 05/12/2012
Localisation : Le monde des rêves

Feuille de personnage
Vous et les Autres:
Mentor/Apprenti:
Rang: apprentie

MessageSujet: Re: Même les chatons écrivent.   Mar 15 Jan - 19:04

J'ai édité.
Merci de ton compliment.
Je n'ai jamais été très doué pour les adjectifs et les fautes je n'arrive pas à les trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Amertume d'Agrumes
Admin
avatar

Messages : 656
Date d'inscription : 05/03/2012
Age : 18
Localisation : Là... Où tu n'es pas.

Feuille de personnage
Vous et les Autres:
Mentor/Apprenti:
Rang:

MessageSujet: Re: Même les chatons écrivent.   Ven 18 Jan - 19:28

Tu veux savoir comment je me suis améliorée au cours de mes années? Je lis énormément de livres avec beaucoup de mots compliqués. En gros aussi, plus tu écris, plus tu t'améliores. C'est comme quand tu apprends une nouvelle langue comme l'anglais. Plus tu te pratiques, plus t'es bonne! Continue comme ça, c'est super!!
Revenir en haut Aller en bas
Nuage d'Ange

avatar

Messages : 233
Date d'inscription : 05/12/2012
Localisation : Le monde des rêves

Feuille de personnage
Vous et les Autres:
Mentor/Apprenti:
Rang: apprentie

MessageSujet: Re: Même les chatons écrivent.   Sam 19 Jan - 1:22

Je lis et écris beaucoup mais ça m'aide pas pour les fautes.
Pour apprendre une langue il faut avoir une bonne prof.
Clé me donne des courts d'écriture donc je ferais encore moi de faute.
Revenir en haut Aller en bas
Amertume d'Agrumes
Admin
avatar

Messages : 656
Date d'inscription : 05/03/2012
Age : 18
Localisation : Là... Où tu n'es pas.

Feuille de personnage
Vous et les Autres:
Mentor/Apprenti:
Rang:

MessageSujet: Re: Même les chatons écrivent.   Sam 19 Jan - 1:41

En fait, si. Techniquement, lorsque tu lis, tu photographies les mots écrits de bonne manière avec ta mémoire. Donc, plus tu photographies, plus tu reconnais les mots, et ensuite, ça vient tout seul!
Revenir en haut Aller en bas
Nuage d'Ange

avatar

Messages : 233
Date d'inscription : 05/12/2012
Localisation : Le monde des rêves

Feuille de personnage
Vous et les Autres:
Mentor/Apprenti:
Rang: apprentie

MessageSujet: Re: Même les chatons écrivent.   Lun 21 Jan - 19:17

Je lis beaucoup, mais j'ai toujours eu de mauvaise note en dictée.
En passant, tu connais des nom bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Amertume d'Agrumes
Admin
avatar

Messages : 656
Date d'inscription : 05/03/2012
Age : 18
Localisation : Là... Où tu n'es pas.

Feuille de personnage
Vous et les Autres:
Mentor/Apprenti:
Rang:

MessageSujet: Re: Même les chatons écrivent.   Lun 21 Jan - 23:29

Oui! Si tu veux, tu peux passer dans mon atelier de noms sur le forum dans la section atelier et en choisir un ou nous passer une commande. Si tu en prends en, n'oublie pas de nous le dire Smile
Revenir en haut Aller en bas
Nuage d'Ange

avatar

Messages : 233
Date d'inscription : 05/12/2012
Localisation : Le monde des rêves

Feuille de personnage
Vous et les Autres:
Mentor/Apprenti:
Rang: apprentie

MessageSujet: Re: Même les chatons écrivent.   Ven 29 Mar - 21:59

J'ai édité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Même les chatons écrivent.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Même les chatons écrivent.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un paquet de mini-chatons... =)
» Les chatons de Lucie :)
» Entre Chatons ... [ Prune & Ortie ^^]
» A la recherche de nos chatons {PV Pelage de Tigre}
» Un livestream de chatons !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans-Le Pacte des Etoiles :: Hors RPs :: Ecriture & Lecture :: Ecrivain en Herbe :: Roman-
Sauter vers: