La Guerre des Clans-Le Pacte des Etoiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La perfection incarnée, c'est toi [Silenty]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bourreau des Assassins
Vivy, la killer et la top fan de Steve McGarrett <3
avatar

Messages : 423
Date d'inscription : 18/01/2012
Age : 19
Localisation : In the dream.

Feuille de personnage
Vous et les Autres:
Mentor/Apprenti: Aucun
Rang: Guerrier

MessageSujet: La perfection incarnée, c'est toi [Silenty]   Mar 5 Fév - 0:51

    Une douce couche de neige parcourait le sol dur et froid de la mauvaise saison. Mes pattes foulèrent les doux flocons blancs. Mes coussinets endolories et froids, je m'accroupis silencieusement. La glace frôlait mon ventre et je réprima un frisson. Je sentait Brise des Tropiques près de moi. Non, pas près de moi. Dans ma tête. Je l'entendais respirer, bruyamment, lentement. Il le faisait exprès ? Peu importe. Je voyais un clone devant moi. Parfaitement identique. Nous regardâmes un renard. Il était jucher là, depuis quelques minutes. Assez âgé, il était dangereux pour mon clan. D'un pas mesuré, un clone avança. Son regard était dur, et voulait absolument le repousser du territoire. Loin de mes amis, de ma famille... Non, je n'avais pas de famille. Depuis ma naissance, j'étais seul au monde et personne ne voulait de moi. C'était depuis la naissance. J'étais seul, et même mes amis n'y pouvaient rien.

    La bruine qui flottait au dessus du sol empli mes narines d'une fraîcheur encore plus froide que celle de la neige. Le vent soufflait dans ma figure. Mon clone situé devant moi, lui, n'avait pas d'odeur. Je le voulait simplement. Et cela me facilitait grandement la tâche actuelle. Cette bête ne filerait pas sous mes griffes ! Mes muscles me démangeaient. Ils voulaient bouger, se contracter, se battre. Alors, mes pattes arrières s’élancèrent et je m'accrocha à la fourrure rousse du carnassier. Je le senti se contracter, j'avais agi pleinement de l'effet de surprise. Puis, mes semblables me rejoignirent lorsque le renard voulu m'attraper par le dos. L'un bondissait sur sa tête, un autre sur les pattes et un dernier pour l'estomac.

    Il était sincèrement débordé, et je ne voudrais vraiment pas être à sa place. Alors, j'enfonçais mes crocs et mes griffes dans sa chair, transperçant sa peau, et accrochant les veines. Je sentis du sang dans ma gueule et son goût métallique m'écoeura au plus haut point. Je voulais lâché, stopper ce goût et recracher le tout, mais je ne pouvais pas. Peut-être que si je le lâchais maintenant, il reviendrais vers mon clan. Non. Je resserrais mon étreinte et le renard tenta de se dégager. Il gigotait, sautait, roulait. Rien ne faisait. Moi et mes clones, nous restâmes accrochés. La douleur se fit sentir au fond de moi lorsque le prédateur planta ses crocs dans ma patte arrière droite.

    Un cri étouffer par la rage jaillit de ma gueule. Mes crocs se détachèrent de son emprise et mes pattes se retrouvèrent détachées du corps de l'animal roux. Quelques touffes restèrent accrochés, mais tombèrent lorsqu'il me secoua de tout sens, tout cotés. Je n'en pouvais plus. Une douleur fulgurante me traversa. Plus il secouait, plus je sentais ma patte se tordre et se détacher de mon corps. Puis, je tomba lourdement sur le sol. Tout tournais, mais je me releva, sachant que l'adversaire reviendrais à l'attaque rapidement. Mais je vis Brise des Tropiques qui s'attaquait à la gueule de l'animal. Les yeux du renards étaient rouges et gonflés. Du sang glissait sur ses pupilles et dans sa gueule. Il n'en pouvait plus, et il parti en trombe, mes clones disparaissant de son dos, un à un.

    Mon plus fidèle ami vint vers moi. Il était beaucoup plus en forme que moi. Mais ma patte commençait à ne plus me faire souffrir. Le sang arrêtait peu à peu de saigner mais tâchait toujours ma fourrure blanche à c niveau. Je l'oublia un instant en entendant Tropics parler.

    «C'était magnifique. Mais arrivé au passage où tu étais une souris morte, s'était moins marrant. Alors, comment tu t'en sort, maintenant ?»

    Je souri. Il était sûrement le seul à savoir me parler. Toujours debout, je vis un mouvement au dessus de l'épaule de mon esprit. Je regarda plus attentivement et Brise le remarqua. Il se retourna et nous vîmes tous les deux la même chatte. Oui, la même, mais d'une manière différente. Lui, il la voyait d'une façon basique. Il était la chef de mon clan, vivante, pleine d'énergie. Moi, je la voyais comme une magnifique chatte. Gracieuse, intelligente, difficile à cerner, tout comme moi. Mais ces derniers temps, elle avait un peu changer, mais d'un minime point. La mort d'Orchidée Noire l'avait marquer. Amies, elles avaient un lien fort. Un lien que je n'avais pas avec Étoile Silencieuse. Que je n'aurais sûrement jamais.

○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○

My Favorites Lovers <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://prix-de-la-liberte.forum-canada.com/login
Etoile Silencieuse
Nono, la fondatrice débile qui aime le nutella :D
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 21
Localisation : Ba... Devant mon ordi! Je vais pas être derriere...U.U

Feuille de personnage
Vous et les Autres:
Mentor/Apprenti:
Rang:

MessageSujet: Re: La perfection incarnée, c'est toi [Silenty]   Ven 15 Mar - 22:13

    ✖ Etoile Silencieuse


    L'air était froid. Trop froid. Autours de moi, la foret drapé de son voile blanc semblais sans vie. Parfois je l'enviait, cette nature insouciante, qui aurais pour seule problème la couleur de qu'aurais leurs fleures au printemps. Mais bon, doit-je vraiment me plaindre de se que je suis? D'ailleurs, qui suis-je? Tant de question fusais dans ma tête, mais cette dernière semblais la plus importante, celle qui maintenait en vie. La réponse est simple, je ne suis qu'un pauvre être vivant, qui s’accroche a la vie comme a un rocher dans le plus violent des torrents. Oui, la vie est un torrent, dont la mort serais la plus haute chute. Enfin, c'est ce que je me dit. Mais mon rocher s’effrite et se détache peut a peut, et il deviens de plus en plus dur de m'y raccrocher. Tout comme mon univers, depuis que j'ai assister a certaine chose, qui m'on fait ouvrir les yeux sur le monde réel, mon monde.

    Je me noie, dans mon propre océan. Océan de reproche, de pensées noires et triste de remord. Le silence qui me semblais alors réconfortant, me parait tout d'un coup terrifiant. Je me sent mal. Parfois, je pleure, sombre dans la nostalgie. Mais cela, personne ne le vois, personne ne le sais. Une partie de moi essaie d'afficher le sourire sur mon visage, comme dans une bulle, une illusion. Personne ne peux rien pour moi.. Du moins je le pense. J'ai perdue un être cher, par ma faute, par ma faiblesse, et je ne peux pas revenir en arrière. Les lois sont injustes. J'aurais pu faire quelque chose. J'aurais du Faire, quelque chose. Je m'en veux, je m'en voudrais toujours. Mes les guerriers de jadis ont décider de me faire vivre avec ce lourd fardeau sur mes épaules, alors je ne peux que l'accepter.

    Je marchais ainsi, depuis que l'aurore avais commencer a apparaître, Murmure me suivant sans mot. Oui, qui l'eu cru. Même lui avait perdu sa vivacité d’antan, et cela me faisait d'autant plus mal. Mais je ne lui en voulais pas, nous étions accroché au même rocher nous deux. Autour de nous, la foret était blanche. Si blanche, que ça me faisait presque mal au yeux. Le vent formais quelque dune sur notre passage. En temps normal, Murmure aurais surement sauté dedans, m'envoyant quelque boule difforme avec ses pattes, comme un chaton qui découvre ses premiers flocons. Mon coeur se serrait, si cela fusse possible encore. Il se contenta juste de marcher a mes côtés, les yeux éteins de toute flamme. Ou était-elle ces flammes bleues, que j'aimais tant? Il me manquait, Orchidée Noire me manquait..

    Tout d'un coup, Murmure s'arrêta. Je pouvais sentir de la peine dans ses yeux. De la tristesse dans ses mouvements. Je savais se qu'il voulait me dire. Il me le répétait déjà assez de fois en ce moment, et il me faisait encore plus de mal. D'un mouvement de la queue, je lui intima le silence. Je ne voulais pas encore entendre ces excuses non justifié. Il baissa la tête, résigné. Je fis la même chose. Conversation silencieuse.

    Puis quelque chose attira mon attention. Un mouvement derrière la végétation d'hivers. Je laissa échapper un frisson. Je n'aimais plus les mystères. Maintenant, l'inconnue me faisait peur, car j'avais perdue tout réflexe. Mes muscles se paralysèrent, je ne pouvais plus bouger. Un épais brouillard commençais a couvrir les quelque végétation qui résistait encore au froid hivernale. Cet endroit. Pourquoi mes pas m'y avais rendus? Les odeurs qui m'entourais éveillais en moi des souvenirs désagréable. Douloureux.

      -Silenty..

    Ignorant se qu’apprêtait a me dire Murmure, je me secoua la tête, bousculant mes souvenirs pour essayer de les effacés, et avança franchement dans la clairière. Mes yeux, qui n'était maintenant que de fines fente bleu et ambre, scrutait avec insistance la brume.

    Je senti alors une odeur réconfortante, familière. Parmi la douce odeur du pin et de l'érable, je ne pouvais que la suivre. Aussi étrange que cela aurais pu paraître, j'allais mieux. Je pouvais vite apercevoir sa fourrure coloré et soyeuse. Même si la brume et le froid me brûlais les yeux, je ne pouvais détacher mon regard du bleu vert de ces yeux. Je remarqua aussi son Esprit Brise des Tropiques, et je devina qu'ils m'avaient remarqué lorsque ce dernier se tourna en ma direction.

      *Oh, Salutation Suave Menthe, Brise des Tropiques. Je suis contente de vous voir, je.. que t'es t'il arrivé? *


    Je resta figé devant la plaie béante qui gisait sur sa patte. Le sang coulais encore sur sa fourrure aussi blanche que la neige. Je n'avais pas de notion de guérisseuse, mais je m'était assez blessé par le passer pour savoir quelque truc. Notamment qu'il fallait le soigner au plus vite.

      -Il faut rentrer au camp pour soigner ça, attend.


    Je regarda autours de moi. Par chance, même avec la neige je savais ou trouver des toiles d'araignée non loin d'ici. J'allais souvent en chercher pour notre guérisseuse, du temps ou j'était apprentie. Je courus le plus vite possible de l'autre côté de la clairière. Là, un large tronc s'étalais devant moi. Pendant cette saison, on pourrais croire qu'il s'agit d'un arbre normal, mais cet arbre est bel et bien mort depuis aussi longtemps que je m'en souvienne, et son tronc creux est remplis de bête en tout genre. J'arracha vivement une petite branche sur l'arbuste d'a côté, et entrepris de remuer le bâton dans le creux de l'arbre. Très vite, une longue toile d'aspect gluante vain s’emmêler, faisant voir les quelque insecte qui y était encore accroché. La branche a la bouche, je retourna auprès de mon lieutenant et de nos deux esprits, et sans attendre une simple remarque de sa part, je souleva délicatement sa patte blessé, et entrepris d'enroulé la toile collante sur sa plaie. De peur de lui faire mal, je m’effectua le plus doucement possible, jusqu’à ce que ça blessure soit complètement recouverte.

      -Voila, ça devrais faire l'affaire pour le moment.


    J'avais l'impression que ma voie était rauque et cassé. Cela faisait tellement longtemps que je n'avais pas vraiment entendu ma voie. Sans m'en rendre compte, j'avais parlé sans utiliser mon pouvoir. Sans savoir pourquoi, je me sentais mieux. Je n'éprouvais pas le besoin de me cacher devant un masque de marbre. Même sourire ne me demandais pas d'effort.



○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○
[/center]
Revenir en haut Aller en bas
http://lgdc-pactdesetoiles.forumgratuit.org
Bourreau des Assassins
Vivy, la killer et la top fan de Steve McGarrett <3
avatar

Messages : 423
Date d'inscription : 18/01/2012
Age : 19
Localisation : In the dream.

Feuille de personnage
Vous et les Autres:
Mentor/Apprenti: Aucun
Rang: Guerrier

MessageSujet: Re: La perfection incarnée, c'est toi [Silenty]   Mer 3 Avr - 23:59

    Sa vue me figea, me tétanisa jusqu'au plus profond de mon être. Mon coeur commença à battre rapidement. Trop vite pour un félin comme moi. Il me rassurait de savoir la présence de Brise des Tropiques, mais une gêne s'imposait. Je ne savais que faire en sa présence, à elle. Si parfaite, si attrayante, je m'étais maintes fois demander ce qu'elle pouvait bien faire d'un lieutenant comme moi. Ce qui s'explique comme si; un félin qui ne sait se contenir, qui expose haut et fort ses propos, un de ses chats qui se perd facilement dans ses pensées et qui, par dessus le tout, a des pertes de mémoires occasionnelles. Jamais je n'ai su, je ne sais pas, jamais je ne saurais. Mais chose certaine, je devais avoir quelque chose que les autres n'avaient pas, pour être nommé à ce titre si singulier.

    Ma patte tremblante, je me retint de vaciller et de tomber à la renverse devant tant de charme. Sa splendeur jusqu'à maintenant inégalée avait su au premier jour me rendre fou d'elle. Je sais qu'un jour, j'ai réussi à oublié mon nom. Mais jamais je n'oublierais le sien. Étoile Silencieuse. Une si douce mélodie à mes oreilles. Le plus magnifique des noms marqué au fer rouge dans ma mémoire. Fébrile, je lui fit face. Dos droit comme je le pouvais, assumant la douleur qui me rongeait.

      *Oh, Salutation Suave Menthe, Brise des Tropiques. Je suis contente de vous voir, je.. que t'es t'il arrivé? *


    Le son de mon nom ne fit que rendre le charme encore plus puissant. Mais je tins bon. Mes pattes en coton me suppliaient de tomber au sol et de laisser aller mes pensées. Mais je devais me ressaisir. elle pouvait lire les pensées. Peut-être qu'elle s'est même déjà invité dans mon esprit pour y lire mes paroles muettes. Mais mon compagnon m'éclaircit les idées.

    *Si tu veux mon avis, elle était encore bien trop intéresser par ta blessure pour s'intéresser à ta tête.*

    Je pesa ses paroles. Il avait sans nul doute raison. La neige fondait sous ma fourrure mouillée, et souillée de sang. Je pensais même à un moment d'avoir enfin toucher le sol. Je n'en pouvais plus de tenir en place. Je devais me lever. Marcher, sauter, courir, chasser. Mais bien entendu, je ne pouvais pas.

      -Il faut rentrer au camp pour soigner ça, attend.


    Avais-je entendu une pointe de panique dans sa voix ? Ou l'avais-je imaginée ? La deuxième option était manifestement la plus plausible. Malgré tout, elle parut chercher quelque chose. Ce qu'elle trouva, évidemment. Mais ce qui me surpris fut la vitesse à laquelle elle était partie. Laissant un silence de plomb régner tout autour. Le vent dans les branches brisait la furtivité du moment. Ce si doux son fut aussitôt abbatu par une question qui germait dans ma tête. Pourquoi faisait-elle cela pour moi ? Bon, j'étais l'un de ses guerrier, mais à quoi bon ? Elle ne faisait plus tellement mal cette blessure, à moins que si ? Cette adrénaline qui me tenait debout dissimulait-elle la plus grande douleur que je ne pouvais contenir ?

    Mais son esprit toujours dans les alentours, ne détachant en aucun cas son regard de ma fourrure. Il élevait une gêne en moi qui me frustrait au plus haut point. Brise, lui, ne semblait pas du tout importuner. Faisant une toilette minutieuse, il se contre fichait de l'ancestral félin qui nous guettait. En bien ou en mal, la question ne se posait guère. Il était manifestement digne de confiance et empli de bonté. Peut-être sa présence me déplaisait car il était proche de ma meneuse, plus que je ne pouvais l'imaginé. Plus qu'un lieutenant ne puisse être avec son chef. Puis, je ferma les yeux. Je laissa le vide s'emparer de mon esprit. Elle revint enfin, mais les yeux clos, je n'assista pas à son retour. Elle s'approcha et je senti sa chaleur si réconfortante. J'enivrais son odeur.

    Mais tout se réduit à néant lorsqu'elle prit ma patte, et y déposa, bien que avec ne finesse infinie et une douceur incroyable, une substance collante et consistant. En un éclair, j'ouvris les yeux et tourna la tête pour apercevoir cette toile s'agglutiner à mon pelage pour recouvrir tout à fait la plaie. J'étais dégoûté. Cette toile me donnait un envi désagréable. Je voulais m'y détacher, me débarrasser de ces bestioles gesticulantes coincé entre les étalages.

      -Voila, ça devrais faire l'affaire pour le moment.


    Cela faisait un moment qu'aucun membre du clan ne l'avait entendue parler. Sa voix s'était perdue dans ma tête et depuis un moment, je ne me souvenais plus de son ton. Même si elle était plutôt rauque, elle restait toujours réconfortante. Elle avait un petit quelque chose qui lui était singulier. Son assurance sans doute. Mais comme l'atmosphère était tendu, et que je voulais au plus vite me débarrasser de ce bandage dégoulinant d'insecte en tout genre, je dû improvisé.

    «Que fessiez-vous dans cette partie du territoire ? Manque t-il de gibier au camp ? Il me semblais avoir organiser des patrouilles avant de partir... Je pourrais chasser sans problème si les proies manquent.»

    Mais comme je savais pertinemment que j'avais envoyer 2 patrouilles pour la chasse, je crains un moment qu'elle ne croit que je mente... Peut-être pourrais-je passer cela sur le compte de mes pertes de mémoires... Ou d'un simple oubli ordinaire. Oubliant ma patte, je me mis debout. Sans toutefois appuyer trop lourdement sur ma blessure. J'espérais que ma souffrance passe inaperçu...

○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○

My Favorites Lovers <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://prix-de-la-liberte.forum-canada.com/login
Etoile Silencieuse
Nono, la fondatrice débile qui aime le nutella :D
avatar

Messages : 176
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 21
Localisation : Ba... Devant mon ordi! Je vais pas être derriere...U.U

Feuille de personnage
Vous et les Autres:
Mentor/Apprenti:
Rang:

MessageSujet: Re: La perfection incarnée, c'est toi [Silenty]   Mar 24 Jan - 19:31


    ✖ Etoile Silencieuse
    Je plantais nerveusement mes griffes dans le sol glacé. Je sentais une étrange sensation. C’était comme si la solitude que je ressentais depuis que je m’étais réveillé ce matin, depuis que je m’étais endormis hier soir, commençais à disparaître. Bien sûr, la vision d’Orchidée Noire me tiraillait toujours l’esprit, je me repassais en boucle depuis ce jour la poussière étoilée de son esprit s’éparpiller dans le ciel. Je pris une profonde respiration. L’air glacial de l’hivers emplit mes poumons et me sortit de mes songes. Je regardai quelques instants mon lieutenant. Nous avons beaucoup partagé ensemble. Je savais qu’il serait toujours là pour moi, dans toutes situations, qu’il pourrait m’aider mais je ne voulais pas l’impliquer dans mes remords. Malgré tout, le simple fait d’être avec lui me faisait sentir plus légère. Il m’arrivait même de sentir le poids qui écrasait mon cœur s’envoler avec le vent. Sa voix douce et familière cassant donc le silence qui s’était installé entre nous.

      « Que fessiez-vous dans cette partie du territoire ? Manque-t-il de gibier au camp ? Il me semblait avoir organiser des patrouilles avant de partir... Je pourrais chasser sans problème si les proies manquent. »


    Je me sentais heureuse qu’il ne puisse pas entendre mes pensées. Mais sur le coup je ne savais pas quoi répondre. J’étais tiraillé entre le besoin de chaleur, de réconfort, et celui de bienveillance pour lui.  Je me sentais égoïste de penser une seconde à raconter ce qui me tiraillait. Ce poids était mien je n’avais aucun droit de la partager, d’autant plus avec Suave, cet être si gentil et attentionné… Je me sentais défaillir. Je sentis les longs poils doux de Murmure se rapprocher de moi.

      « Oh nous ne faisions que faire un petit tour par ici, le besoin de prendre l’air puis… J’avoue que j’avais beaucoup envie de voir la neige ! »


    Je souris discrètement et le remercia silencieusement. Il savait que je n’étais pas prête à parler et que je m’en serais voulu de perdre le contrôle de moi-même ici, devant Suave Menthe. Je me sentais mieux à présent, en entendant sa voix. Je sentais mon cœur plus léger, ma respiration moins saccadée. Étais-ce le clan des étoiles qui me l’avais envoyé ? Je savais que je ne pouvais que me sentir mieux en sa présence, j’avais en sentiment à la fois de bonheur et de nervosité. C’était un sentiment que je ne ressentais pour personne d’autre. Je sentais alors à côté de moi le regard appuyé de Murmure, son sourire en coin. Il s’avait que je détestais quand il faisait ça et ça l’amusais. Parfois, j’avoue que j’aimerais bien couper ce lien qui nous liais tous les deux.  Je m’imaginais déjà lui enfoncer la tête dans la neige, lui faire manger ces flocons froids qu’il aimait tant. Je souriais en y pensant. Mais bon, un peu de sérieux, je ne voulais certainement pas passer pour une hystérique en face de mon lieutenant. Je le regardais, a quoi pouvait-il bien penser en ce moment ? Je m’efforçais de ne pas le découvrir moi-même, je m’était promis de ne pas violer l’intimité des pensées des personnes avec qui je suis proche, cela leur appartiens après tout. 

      « Je suis contente que nous nous sommes croisés je… devais parler avec toi de l’organisation de la prochaine  assemblée. »


    L’assemblée.. Je n’avais rien trouvé de mieux que ça ? Je n’avais même pas un mot a dire là-dessus. Est-ce que je cherche juste une raison pour le garder auprès de moi ? J’en ai assez de la solitude.  


○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○
[/center]
Revenir en haut Aller en bas
http://lgdc-pactdesetoiles.forumgratuit.org
Bourreau des Assassins
Vivy, la killer et la top fan de Steve McGarrett <3
avatar

Messages : 423
Date d'inscription : 18/01/2012
Age : 19
Localisation : In the dream.

Feuille de personnage
Vous et les Autres:
Mentor/Apprenti: Aucun
Rang: Guerrier

MessageSujet: Re: La perfection incarnée, c'est toi [Silenty]   Sam 11 Fév - 15:30


Un coup de vent glacial vint troubler mon esprit. Ma fourrure se hérissa et mes yeux larmoyèrent. J’enviais le printemps. Heureusement, il ne restait que quelques lunes avant la première fonte des neiges et avant que la chaleur ne revienne réchauffer nos cœurs meurtris. Cependant, de ce côté, je ne m’en sortais pas trop mal ces derniers temps. Mon cœur se réconfortait facilement à sa vue. Même si cela était récent, je ressentais une réelle attirance entre ma meneuse et moi. Cela était terrifiant, il faut se l’avouer. Je n’étais jamais tombé amoureux, ni même ressenti une simple attirance amicale envers personne auparavant. Le fait que la chatte sur qui le dévolu est tombé est ma chef rendait cela encore plus inimaginable. Moi, le chat aux pertes de mémoires occasionnelles, qui a un pouvoir qui n’est pas des plus impressionnants et qui a souvent été rejeté des autres n’ai aucune chance de gagner le cœur d’une telle femelle. Non, mieux valait baisser les pattes. Même si tout mon être me hurlait que ce n’était pas dans ma nature, je ne pouvais me permettre de faire face à un refus de la part d’Étoile Silencieuse. Cela me détruirait.

« Oh nous ne faisions que faire un petit tour par ici, le besoin de prendre l’air puis… J’avoue que j’avais beaucoup envie de voir la neige ! »

Les paroles de Murmure des Espérances me sortirent de mes pensées. La neige… La… Neige… Non. Je ne pouvais me résoudre à abandonner. Jamais je n’abandonne. Pas même dans les cas désespérés. Cette attirance était bien trop forte. Comme un élan qui vous pousse vers quelqu’un. Ce serait bien trop insoutenable d’endurer cela tous les jours. Mais il devait le faire. Endurer. Car il devait être sûr qu’elle voudrait bien de lui. Ne surtout pas forcer le pas. Attendre qu’elle le connaisse bien. Plus que ses habiletés de chasseur ou de guerrier. Car après tout, il était brisé, avait des pertes de mémoi… Tu comptes avoir l’air débile pendant encore longtemps ? Et… je dois vraiment te rappeler qu’elle peut lire tes pensées espèce d’andouille ? Les paroles mentales de Brise des Tropiques le piquèrent au vif. Pas à cause du petit nom pas si affectueux. Oh non. Pire. J’avais l’air si stupide ? Petit rire moqueur. Non. Tu étais tout à fait normal. C’est juste que tes pensées m’étouffent et me donnent le vertige. Nouveau petit rire. Avant que je n’ai l’occasion de lui jeter une réplique cinglante, Étoile Silencieuse prit la parole.

« Je suis contente que nous nous sommes croisés je… devais parler avec toi de l’organisation de la prochaine assemblée. »

La prochaine assemblée... Pourquoi, la prochaine assemblée ? Y avait-il quelque chose de spécial cette fois-ci ? Le choix des guerriers n’est jamais si compliqué à moins que la préoccupation de ma meneuse est la sécurité du clan. Il est vrai que le souvenir d’Orchidée Noire est encore frais dans les mémoires de tous… L’assemblée représente un double risque… Mettre des chats de divers clans en un même lieu assez restreint et laisser le camp avec moins de sécurité. C’est qu’elle pensait à tout !

« Oh, alors c’est une belle coïncidence que nous nous sommes croisés.»

Stupide gueule. Jamais je n’ai voulu dire ça ! C’est tellement brouillon et argh… Je me maudissait moi-même. C’est à ce moment que des petits picotements se firent sentir dans ma patte blessée. Très désagréables et un brin douloureux. Je la relevais un peu et les picotements amplifièrent. Le froid l’avait bien trop engourdie. Il y eu un nouveau coup de vent et des petits flocons vinrent érafler ce qui recouvrait ma blessure. Je grinça des dents. Vraiment désagréable comme sensation.

« Pourrais-je vous demander de continuer cette conversation en direction du camp ? Cette blessure n’aime pas bien les flocons. Désolé Murmure des Espérances.»

C’est qu’en fait, je sentais peu à peu la douleur remonter mon membre. Peut-être que le pansement d’Étoile Silencieuse ne tenait plus très bien avec ces rafales. Je hérissa ma fourrure du mieux que je pu malgré mon poil court.

○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○●○

My Favorites Lovers <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://prix-de-la-liberte.forum-canada.com/login
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La perfection incarnée, c'est toi [Silenty]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La perfection incarnée, c'est toi [Silenty]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Perfection s'absente
» "La perfection n'est approchable que par la répétition" [Sairyo Hiko]
» Ne craignez pas la perfection, vous ne l'atteindrez jamais • Dylan E. Stark
» La perfection n'existe pas sur terre. Parfois je me demande d'où je viens
» Perfection girls of Asgard [Pv Sigyn]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans-Le Pacte des Etoiles :: Clan de la Poussière de Lune :: Rocher du Crépuscule-
Sauter vers: